Compagnie Babel - Elise Chatauret

Raconter son histoire/ Année 2

Pour notre deuxième année d’intervention sur le territoire, nous souhaitons travailler avec des adolescents sur le passé, celui de leur ville et celui de la France, en traversant la question de l’Histoire et du récit historique. C’est une invitation à traiter les événements autrement et librement, et à fictionnaliser l’histoire pour se la réapproprier. Il s’agit de raconter des histoires avec l’histoire, et de mettre au pluriel ce qui, sous l’apparence du singulier, parait toujours trop grand et intimidant. Nous proposons comme thème la question de l’Histoire et posons aux adolescents la question :

D’où venez-vous ? D’où venons-nous ? Comment raconter des histoires avec l’Histoire ? 

Plus globalement, la question de la fiction est posée également et un travail sur la littérature est proposée à travers cette thématique : raconter l’Histoire /mon histoire mais également comment raconter des histoires avec les mots des autres. 

Cette plongée dans l’histoire s’accompagne de l’introduction d’un dispositif scénographique, destinée à voyager à différents endroits de la ville. Nous proposons de mettre à profit le décor du spectacle Supernova, la forme hors-les-murs présentée à l’automne : une boite, petit théâtre mobile et modulable de 4X5mètres. C’est un pas de plus vers le spectaculaire qui nous permet de mener conjointement présentation d’une création et ateliers, tout en déplaçant le théâtre où on ne l’attend pas, dans l’objectif de s’adresser à d’autres spectateurs. 

SUPERNOVA
Conception et mise en œuvre : Thomas Pondevie
Collaboration artistique : Elise Chatauret
Production déléguée : Nouveau théâtre de Montreuil

Trois comédiens, trois récits et une boîte noire sont les ingrédients d’une traversée littéraire qui investit des lieux hors-les-murs du théâtre.

Supernova repose sur l’installation hors-les-murs d’une « boîte à récits », dispositif scénographique mobile et transformable à mi-chemin de l’univers des entre-sort forains et des spectacles de prestidigitateurs.

Trois comédiens s’y succèdent pour raconter, chacun leur tour et à leur manière, la marche d’un chercheur d’or à travers le grand nord canadien, le dernier tour de piste d’un jeûneur professionnel, et le dilemme d’un soldat anglais enjoint de mettre à mort un éléphant. Progressivement, ils s’enfoncent dans l’univers de ces nouvelles de Franz Kafka, de Jack London et de George Orwell en mobilisant pas à pas tous les outils du théâtre (de la musique aux projections vidéo) et en invitant les spectateurs à explorer les configurations d’un décor à multiples facettes.
En prise avec des récits parfois sombres qui, tous, disent quelque chose de la vanité des hommes, les narrateurs ne renoncent jamais. Avec les moyens du bord, ils continuent envers et contre tout de tenir la représentation, en jouant à exposer toujours, non sans décalage, la fabrique de l’illusion.

SUPERNOVA en répétitions au théâtre Roger Barat en janvier

Durant tout mois de janvier, Thomas Pondevie et toute l'équipe du spectacle SUPERNOVA répètent dans la salle Offenbach du théâtre Roger Barat où ils joueront en octobre 2019.

Récit en image de l'installation de "la boite", le décor mobile et modulable du spectace qui partira jouer dans trois lycées d'Ile-de-France en mars et avril 2019 (Meaux, Montreuil et Paris). 

 

D'anciens jeunes ayant participé aux stages de la compagnie en février, avril et octobre derniers, ont assisté vendredi 25 janvier à la répétition publique d'une des trois nouvelles du spectacle : "Le Jeûneur" de Kafka. Un public cobaye à l'écoute et enthousiaste.

 

 

07
janvier
2019

Zoé Fauconnet et Solenne Keravis poursuivent leur travail au collège Jean Vilar autour de la cartagrophie imaginaire...prochaine et dernière séance en mai.
 

Compagnie Babel - Elise Chatauret - <p>Zo&eacute; Fauconnet et Solenne Keravis poursuivent leur travail au coll&egrave;ge Jean Vilar autour de la cartagrophie imaginaire...prochaine et derni&egrave;re s&eacute;ance en mai.<br />
&nbsp;</p>
04
février
2019

 

Pour la seconde année consécutive, des comédiens de la compagnie Babel sont intervenus auprès des collégiens de la ville de Herblay pour parler du concours de critique littéraire « Bibliodéfi ».

 

Par Charles Zévaco et Romain Pierre.

« Nous sommes intervenus dans une douzaine de classe pour la seule journée du 18 février. Notre idée était d'introduire le concours Bibliodéfi d'une façon ludique, amusante, et inattendue. Plutôt que de lire un extrait des textes de la sélection, nous avons écrit deux courts scénarios, sortes de sketchs, en nous inspirant de l'univers de deux ouvrages issus du répertoire du concours : Je peux te voir de Carina Rozenfeld, et Robot Sauvage de Peter Brown. Pensés comme des canulars crédibles, ces scénarios s'achevaient sur la promotion du livre en question, et une explication du concours Bibliodéfi.

Le premier sketch, inspiré du livre de Carina Rozenfeld, mettait en jeu François-Xavier Rouel et son assistant, des émissaires de l'IRIS INTUITION CONSULTING (institut qui existe réellement), envoyés dans le collège pour avertir les élèves de l'arrivée prochaine au sein de l'établisssement d'une équipe de médecins chargés de détecter d'éventuels sujets sensibles au développement de pouvoirs paranormaux.

Le second sketch introduisait une réforme du programme scolaire des classes de collégiens. John Officiel, envoyé du ministère de l'Education récemment couplé au Ministère de l'Ecologie, informait les élèves de la mise en place d'un nouveau cours de 2h dans leur planning (« 2h?!! Mais on pas la place monsieur!! ») ; un cours très spécial, un cours de survie en milieu hostile,un cours d'adaptation à l'environnement naturel.

Les élèves furent très réceptifs à nos interventions. Souvent intrigués, amusés, ils semblaient toujours se laisser convaincre par la possibilité d'une réelle existence des faits que nous proposions. De fait, ils manifestaient une certaine déception quand nous révélions finalement le véritable objet de notre présence, mais au moins l'intérêt pour le ou les livres avait-il été fortement stimulé (entre deux interventions, la documentaliste du collège Autissier est venu nous dire qu'une demi douzaine d'élèves étaient venus emprunté l'un ou l'autre livre)."

Compagnie Babel - Elise Chatauret - <p>&nbsp;</p>

<p>Pour la seconde ann&eacute;e cons&eacute;cutive, des com&eacute;diens de la compagnie Babel sont intervenus aupr&egrave;s des coll&eacute;giens de la ville de Herblay pour parler du concours de critique litt&eacute;raire &laquo; Bibliod&eacute;fi &raquo;.</p>

<p>&nbsp;</p>

<p>Par Charles Z&eacute;vaco et Romain Pierre.</p>

<p>&laquo; Nous sommes intervenus dans une douzaine de classe pour la seule journ&eacute;e du 18 f&eacute;vrier. Notre id&eacute;e &eacute;tait d&#39;introduire le concours Bibliod&eacute;fi d&#39;une fa&ccedil;on ludique, amusante, et inattendue. Plut&ocirc;t que de lire un extrait des textes de la s&eacute;lection, nous avons &eacute;crit deux courts sc&eacute;narios, sortes de sketchs, en nous inspirant de l&#39;univers de deux ouvrages issus du r&eacute;pertoire du concours : Je peux te voir de Carina Rozenfeld, et Robot Sauvage de Peter Brown. Pens&eacute;s comme des canulars cr&eacute;dibles, ces sc&eacute;narios s&#39;achevaient sur la promotion du livre en question, et une explication du concours Bibliod&eacute;fi.</p>

<p>Le premier sketch, inspir&eacute; du livre de Carina Rozenfeld, mettait en jeu Fran&ccedil;ois-Xavier Rouel et son assistant, des &eacute;missaires de l&#39;IRIS INTUITION CONSULTING (institut qui existe r&eacute;ellement), envoy&eacute;s dans le coll&egrave;ge pour avertir les &eacute;l&egrave;ves de l&#39;arriv&eacute;e prochaine au sein de l&#39;&eacute;tablisssement d&#39;une &eacute;quipe de m&eacute;decins charg&eacute;s de d&eacute;tecter d&#39;&eacute;ventuels sujets sensibles au d&eacute;veloppement de pouvoirs paranormaux.</p>

<p>Le second sketch introduisait une r&eacute;forme du programme scolaire des classes de coll&eacute;giens. John Officiel, envoy&eacute; du minist&egrave;re de l&#39;Education r&eacute;cemment coupl&eacute; au Minist&egrave;re de l&#39;Ecologie, informait les &eacute;l&egrave;ves de la mise en place d&#39;un nouveau cours de 2h dans leur planning (&laquo; 2h?!! Mais on pas la place monsieur!! &raquo;) ; un cours tr&egrave;s sp&eacute;cial, un cours de survie en milieu hostile,un cours d&#39;adaptation &agrave; l&#39;environnement naturel.</p>

<p>Les &eacute;l&egrave;ves furent tr&egrave;s r&eacute;ceptifs &agrave; nos interventions. Souvent intrigu&eacute;s, amus&eacute;s, ils semblaient toujours se laisser convaincre par la possibilit&eacute; d&#39;une r&eacute;elle existence des faits que nous proposions. De fait, ils manifestaient une certaine d&eacute;ception quand nous r&eacute;v&eacute;lions finalement le v&eacute;ritable objet de notre pr&eacute;sence, mais au moins l&#39;int&eacute;r&ecirc;t pour le ou les livres avait-il &eacute;t&eacute; fortement stimul&eacute; (entre deux interventions, la documentaliste du coll&egrave;ge Autissier est venu nous dire qu&#39;une demi douzaine d&#39;&eacute;l&egrave;ves &eacute;taient venus emprunt&eacute; l&#39;un ou l&#39;autre livre).&quot;</p>
18
février
2019